visiteurs
 
 
 
 

Église Saint-Jacques-le-Mineur à Liège

Ancienne abbatiale bénédictine

Crypte

Crypte (1015)

Le mot "crypte" provient du grec kruptos qui signifie "caché". Il s'agit donc d'un endroit non visible, dans ce cas-ci à moitié souterrain.

Construite dès 1015, la crypte a été supprimée en 1513 suite à sa destruction par l'effondrement de la voûte du chœur roman. L'usage de ce type de crypte ayant disparu depuis le milieu du XIIIe siècle, il n'y avait plus aucune raison de la reconstruire, et elle fut donc comblée pour faire place à l'église gothique construite à partir de 1514. De plus, la suppression de la crypte permettait la mise à niveau des sols du chœur et de la nef dans la nouvelle église, contrairement à la situation dans l'église romane où le chœur était surélevé d'environ 2 m par rapport au reste de l'église.

Découverte en 1897 mais non fouillée, ce n'est qu'en 1972 qu'elle fut redécouverte et qu'on y mena des fouilles archéologiques qui conduisirent à la sauvegarde et à la mise en valeur d'une partie des vestiges. C'est ainsi qu'aujourd'hui, sous le sol de l'église, on peut visiter un mini archéoforum. Sur la maquette, la cavité représentée dans la crypte donne une idée du niveau du couloir d'accès actuel. Cette cavité est située à l'emplacement du calorifère installé en 1897.

La crypte était longue de 3 travées de 2,25 m. chacune et suivies d'une large abside, réparties sur 3 nefs larges de 2,25 m. et hautes d'environ 3,5 m. La longueur totale était de 11,25 m. et la largeur de 8 m. Le fond de la crypte et le mur de la deuxième travée des nefs latérales présentaient des banquettes sur lesquelles les moines prenaient peut-être place lors des offices. Les portes d'accès étaient situées dans la première travée et étaient au nombre de deux afin de permettre un défilé des pèlerins devant le tombeau du fondateur. Des arcs en plein cintre joignaient les six supports, piliers ou colonnes, et l'ensemble était surmonté d'une voûte d'arêtes en pierre qui constituait le sol du sanctuaire de l'église. Les trois fenêtres ont été reconstruites lors de la mise en valeur des vestiges. Dans l'abside, on peut voir l'emplacement de l'autel devant la fenêtre centrale. Des fragments du pavement d'origine sont encore visibles à divers endroits. Ce pavement est constitué par une mosaïque de petits carreaux de céramique.

La crypte était vraisemblablement jouxtée latéralement par deux chapelles de chaque côté. Ces chapelles étaient vraisemblablement au même niveau que la crypte et étaient accessibles depuis le couloir conduisant à celle-ci.

Enduits muraux dans la crypte.
Les vestiges de la crypte laissent apparaître de nombreuses traces d'enduits muraux. On distingue aussi l'emplacement d'une banquette où les moines prenaient place lors des offices.
 
Pavement.
Fragment du pavement
originel de la crypte.
 

Le sacrarium au pied de
l'autel dans la crypte.

Voir la maquette de l'église Saint-Jacques pour plus de détails.    

Précédent          Suivant

PAGE PRÉCÉDENTE          SOMMET DE LA PAGE

 
     
 
Prochaines visites guidées :   
  • Mercredi 22 novembre : L'église Saint-Jacques, joyau du gothique flamboyant (infos)

Pour en savoir plus, consultez le programme complet.

Festival d'orgue de Liège

Pour tout savoir sur les nouveautés et les visites guidées organisées, vous pouvez vous inscrire ci-dessous :

Adresse de courriel :   Inscription Désinscription            Il y a actuellement inscrits.
Le site est compatible avec la majorité des navigateurs récents : IE, Opera, Firefox, Google Chrome, Safari... sur PC et Mac.
 
 
Réalisation : © Fabrice MULLER – 1995 - 2017.
Date de création de la page : 08-2002 – Dernière modification : 31-10-2007 .