visiteurs
 
 
 
 

Les bonnes villes de la principauté de Liège

Tongeren

Liste des bonnes villes

Tongeren est la plus ancienne ville de Belgique. À l'époque romaine, elle porte le nom d'Atuatuca Tungrorum et est le chef-lieu de la Civitas Tungrorum, une subdivision administrative de la province de la Germanie Inférieure. Elle est située à la croisée de plusieurs routes dont les chaussées reliant Bavay à Cologne et Arlon à Nimègue. Au IIe siècle de notre ère, la ville est entourée d'une enceinte fortifiée longue de 4,5 km. Sous la menace des invasions franques et germaniques, des remparts plus courts et plus faciles à défendre, sont construits deux siècles plus tard. Tongeren est alors la ville la plus importante de la région et c'est elle qui est choisie par saint Servais, dans la seconde moitié du IVe siècle, pour y établir le siège d'un diocèse - diocèse qui sera transféré à Maastricht au cours du VIe siècle et finalement à Liège à la fin du VIIIe siècle. Les alentours de la ville attirent les populations tels qu'en témoignent les tumuli et vestiges de villas mis à jour par les fouilles archéologiques.

Toutefois, la ville décline fortement à partir du Ve siècle et, après des pillages répétés, elle tombe au rang de simple cité de province. À l'époque carolingienne, un monastère y est érigé. La ville fait rapidement partie de la principauté de Liège, puisque c'est en 980 que l'empereur la donne à l'évêque de Liège. Le chapitre de Notre-Dame, qui compte une vingtaine de chanoines, apparaît à la fin du XIe siècle en remplacement du monastère carolingien.

La ville connaît un renouveau dès le XIIIe siècle lorsqu'elle reçoit de l'évêque des droits et franchises et devient ainsi une bonne ville de la principauté. Ce nouvel essor se matérialise par l'aménagement d'une place, par la construction de nouveaux remparts et par la reconstruction en style gothique de la collégiale Notre-Dame.

Tongeren, comme les autres villes de la principauté, est détruite et pillée à plusieurs reprises : en 1180 par le comte de Looz, en 1213 par le duc de Brabant, en 1408 et 1468 par les Bourguignons, en 1673 et en 1703. Dans la nuit du 28 au 29 août 1677, la ville est brûlée par les troupes françaises et 478 habitations sont alors détruites. Suite à cet épisode, la population diminue en masse, passant de 4.500 à 2.750 âmes, et il faut attendre la fin du XVIIIe siècle pour atteindre la barre des 5.000 habitants.

Sous l'Ancien Régime, la ville héberge de nombreux couvents et institutions ecclésiastiques : le béguinage Sainte-Catherine (1243), les couvents Sainte-Agnès (1434) et Sainte-Claire (1469) des sœurs Franciscaines, les Frères Minimes (1626), les Dominicains (1634), les Jésuites (1638), les Sépulchrins (1640), les Célestins (1640-1677) et les sœurs grises (1669).

Maintenant, Tongeren est une petite ville tranquille qui a échappé à la rage moderniste du XXe siècle. Elle est bien loin de l'époque où les Romains voulait en faire une métropole. Ville deux fois millénaire, elle possède encore un patrimoine historique et architectural d'une richesse et d'une valeur incomparables.

La collégiale Notre-Dame, construite de 1240 à 1541 est connue pour son Christ roman du XIIe siècle (illustration ci-contre). Elle possède également un cloître roman du milieu du XIIe siècle et le trésor de la collégiale abrite une des plus riches collections de Belgique.

Sur la Grand-Place, la vedette est Ambiorix, chef de la tribu des Éburons et symbole de la résistance à la conquête romaine. Il fut immortalisé en 1866 par une statue en bronze réalisée par Jules Bertin. À côté de la collégiale, se dresse l'Hôtel de Ville construit en 1738. Le quartier du béguinage est également très pittoresque avec ses petites habitations.

En français : Tongres.

 


LE LOUP (Remacle), Vue et Perspective de la Ville de Tongre. - vers 1735.
  Affiliations :

Principauté de Liège, quart. de Hesbaye
France, dép. de la Meuse-Inférieure (1795)
Pays-Bas, prov. du Limbourg (1815)

Belgique (1830)
Province du Limbourg
Ch.-l. arrondissement
Région flamande

Diocèse : Liège, Hasselt (1967)



PAGE PRÉCÉDENTE          SOMMET DE LA PAGE
 
     
 
Prochaines visites guidées :
  • dimanche 25 juin : La fête du terril (Thier-à-Liège) (infos)
  • mercredi 5 juillet : Les enseignes en pierre sculptée (infos)
  • Samedi 8 juillet : Les fortifications de la citadelle (infos)
  • Samedi 5 août : De la citadelle aux Tawes : la nature en ville (infos)
  • Mercredi 22 novembre : L'église Saint-Jacques, joyau du gothique flamboyant (info)

Pour en savoir plus, consultez le programme complet.

Pour tout savoir sur les nouveautés et les visites guidées organisées, vous pouvez vous inscrire ci-dessous :

Adresse de courriel :   Inscription Désinscription            Il y a actuellement inscrits.
Le site est compatible avec la majorité des navigateurs récents : IE, Opera, Firefox, Google Chrome, Safari... sur PC et Mac.
 
 
Réalisation : © Fabrice MULLER – 1995 - 2017.
Date de création de la page : 02-2003 – Dernière modification : 1-11-2007 .