visiteurs
 
 
 
 

Les bonnes villes de la principauté de Liège

Dinant

Liste des bonnes villes

Des vestiges de différentes époques de la préhistoire ont été découverts dans les nombreuses grottes de la vallée de la Meuse aux alentours de Dinant.

Lieu de passage sur le fleuve emprunté par la chausse romaine reliant Bavay à Trêves, le site de Dinant est, à partir du IVe siècle, un lieu de rencontre favorable au développement du commerce.

La fondation de l'église dédiée à sainte Marie est attribuée à saint Materne qui évangélise la région au IVe siècle. Elle a peut-être été construite sur un ancien sanctuaire gaulois. Fortifiée dès l'époque mérovingienne, la localité sert de résidence pour l'évêque lors de ses déplacements. Ainsi, l'évêque de Tongres, saint Perpete, y meurt en 627. Dinant fait alors partie du Lomacensis qui est une circonscription administrative du diocèse de Liège. C'est le comte de Namur qui y exerce les droits régaliens, d'abord au nom de l'empereur, ensuite en son propre nom.

Dinant devient liégeoise en 1070, en conséquence de la politique impériale qui vise à augmenter la puissance des princes ecclésiastiques au détriment des seigneuries locales. Toutefois, le comte de Namur y conserve quelques prérogatives axées autour du contrôle du trafic fluvial.

Le grand essor de Dinant se produit entre le XIIe et le XVe siècles grâce au travail du cuivre, appelé dinanderie. Les marchands de cuivre contribuent au commerce international et ils font partie de la Hanse de Londres et de la Hanse teutonique.

De tout temps, la ville doit affronter de nombreux conflits et se battre âprement pour conserver ses privilèges. Ainsi, le XIIIe siècle voit la lutte acharnée entre Dinant, la liégeoise, et Bouvignes, la namuroise, qui pratiquent toutes deux la même industrie du cuivre. En août 1466, la ville n'est pas épargnée par les troupes de Charles le Téméraire, futur duc de Bourgogne, qui réduisent la ville en cendres et massacrent la population. Au XVIIe siècle, située au cœur d'une zone stratégique de grande importance, elle est victime de la guerre qui oppose Français et Espagnols. La ville est prise et occupée par Louis XIV en 1675 et n'est rendue à Liège qu'après le traité de Rijswick en 1697.

Les Jésuites y fondent un collège en 1563 et les Ursulines une école pour les filles en 1629.

La collégiale Notre-Dame, avec sa tour surmontée d'un bulbe, se dresse au pied du rocher. C'est un édifice gothique construit dans la seconde moitié du XIIIe siècle.

La citadelle qui surplombe la ville est construite par les Hollandais entre 1818 et 1821 sur le site d'un ancien château fort démoli par les Français au XVIIe siècle.

En août 1914, lors de l'invasion du territoire, les Allemands se livrent à des massacres et destructions semblables à ceux infligés quelques siècles plus tôt par Charles le Téméraire. Après la guerre, la ville est reconstruite avec le même dynamisme qu'au XVe siècle. Aujourd'hui, Dinant vit principalement de son secteur touristique et hôtelier.

Mais la curiosité la plus étonnante reste le Rocher Bayard. Comment cette aiguille monolithique s'est-elle formée ?  La légende dit que le cheval Bayard l'aurait fendue d'un coup de sabot pour échapper à Charlemagne. Une autre version, plus réaliste, l'attribue aux soldats de Louis XIV qui auraient employé des explosifs pour se frayer un passage sur la rive de la Meuse.

La grotte La Merveilleuse est remarquable par la profusion et la blancheur de ses concrétions.

Enfin, Dinant est la patrie de François-Joseph Pirson, membre du Congrès National et un des artisans de la constitution belge de 1830, et d'Adolphe Sax qui inventa le saxophone au 19e siècle.

À proximité, se situe l'abbaye Notre-Dame de Leffe, attachée à l'ordre des Prémontrés et fondée par Floreffe en 1152.

 


LE LOUP (Remacle), Vue de la ville de Dinant prise aux Capucins. - vers 1735.
  Affiliations :

Principauté de Liège, quart. Amont
France, dép. Sambre-et-Meuse (1795)
Pays-Bas, prov. de Namur (1815)

Belgique (1830)
Province de Namur


Ch.-l. arrondissement


Région wallonne

Diocèse : Liège, Namur (1802)



PAGE PRÉCÉDENTE          SOMMET DE LA PAGE
 
     
 
Prochaines visites guidées :
  • dimanche 25 juin : La fête du terril (Thier-à-Liège) (infos)
  • mercredi 5 juillet : Les enseignes en pierre sculptée (infos)
  • Samedi 8 juillet : Les fortifications de la citadelle (infos)
  • Samedi 5 août : De la citadelle aux Tawes : la nature en ville (infos)
  • Mercredi 22 novembre : L'église Saint-Jacques, joyau du gothique flamboyant (info)

Pour en savoir plus, consultez le programme complet.

Pour tout savoir sur les nouveautés et les visites guidées organisées, vous pouvez vous inscrire ci-dessous :

Adresse de courriel :   Inscription Désinscription            Il y a actuellement inscrits.
Le site est compatible avec la majorité des navigateurs récents : IE, Opera, Firefox, Google Chrome, Safari... sur PC et Mac.
 
 
Réalisation : © Fabrice MULLER – 1995 - 2017.
Date de création de la page : 02-2003 – Dernière modification : 1-11-2007 .